Les pilotes ne sont pas toujours dignes de confiance

Des envies de crash

Un pilote de la compagne aérienne australienne Qantas a été déclaré à plusieurs reprises apte à voler alors qu’il avait avoué lui-même ressentir constamment l’envie de faire écraser son avion. Ces faits ahurissants, qui se sont déroulés dans les années ’80, n’ont été révélés que cette année à l’occasion d’un procès, selon le Sydney Morning Herald. Le pilote, Bryan Griffin, a déclaré qu’il devait sans cesse 'immobiliser' son bras afin d’éviter de faire écraser son jumbo de Qantas. Malgré ses problèmes mentaux, Griffin a toujours été déclaré apte à voler. Au bout du compte, c’est le pilote lui-même qui a donné sa démission. A l’issue d’un procès, Qantas a été condamnée à payer une indemnité de 108.000 euros pour négligence.

Leçon de pilotage

En 1994, un Airbus A310 de la compagnie russe Aeroflot s’est écrasé en Sibérie. Les 75 occupants ont perdu la vie. L’écoute des enregistrements des conversations à l’intérieur du cockpit a permis d’établir que le pilote, Yaroslav Kudrinsky, avait confié les commandes de l’avion à son fils de quinze ans au moment du crash. L’appareil, qui faisait route entre Moscou et Hongkong, volait sur pilote automatique. Le commandant de bord avait dès lors décidé, au mépris de toutes les réglementations, de laisser ses enfants s’installer au poste de pilotage. Son fils bien aimé a pris les choses un peu trop à cœur et est parvenu, à l’insu de son père, à débrancher le pilote automatique…

 

Sans brevet

Le 3 mars 2010, un pilote suédois a été arrêté à Schiphol. Il avait volé durant des années avec un faux brevet de pilote. La police lui a mis la main au collet alors qu’il se trouvait comme commandant de bord dans le cockpit d’un Boeing 737 de Corendon Airlines qui s’apprêtait à décoller pour Ankara. Ce Suédois de 41 ans avait possédé un brevet par le passé, mais celui-ci n’était plus valable et ne lui permettait pas de piloter des vols de ligne. Il a déclaré qu’il volait déjà depuis 14 ans avec de faux papiers et qu’il avait ainsi accumulé au moins 10.000 heures de vol. Lors de son arrestation, le pilote a affirmé qu’il se sentait soulagé par cet épilogue. Il doit répondre de faux en écriture et de pilotage sans brevet valable.

 

Dans les pommes

Dans la vidéo ci-dessous, le pilote fait une blague à son passager. Alors que son appareil fend l’air, il fait semblant de s’évanouir. Son passager, qui est en train de filmer, l’interpelle mais ne reçoit pas de réponse, et voit l’avion qui pique du nez. Il tremble de peur, … jusqu’à ce que le pilote ‘reprenne ses esprits’ et se retourne en riant.

Airplane Pilot Faints In Air

Une distraction

En 2009, deux pilotes de Northwest Airlines ont oublié qu’ils s’approchaient de Minneapolis, leur destination. Juste avant l’atterrissage, ils se sont lancés dans une vive discussion sur la politique aéronautique. Tellement vive d’ailleurs qu’ils n’ont pas entendu les avertissements des contrôleurs aériens. Ce n’est que plus d’une heure plus tard qu’ils se sont rendu compte qu’ils avaient dépassé leur destination de 240 km. Ils ont immédiatement fait demi-tour, posant finalement leur avion sur le bon aéroport avec plus de deux heures de retard. Les deux pilotes ont dû remettre leur brevet.

Vols de la mort

Un pilote argentin de la compagnie néerlandaise Transavia a été arrêté l’an dernier à l’aéroport de Valence pour avoir effectué dans les années ’70 et ’80 de nombreux ‘vols de la mort’ pour le compte de la dictature militaire argentine. Durant ces ‘vols de la mort’, le pilote faisait disparaître des opposants au régime sur ordre du gouvernement, en les jetant à la mer depuis un avion. Le pilote travaillait depuis un certain temps déjà pour Transavia et effectuait son dernier vol avant de prendre sa pension. Après cet incident, la compagnie Transavia a fait savoir qu’elle examinerait dorénavant mieux le CV de ses pilotes lors de leur recrutement…

 

Imbibé

A la mi-mai 2009, un pilote expérimenté de la compagnie American Airlines a dû mettre un terme précipité à sa carrière lorsque la police a constaté une forte odeur d’alcool dans le cockpit de son appareil. Les policiers avaient été alertés 15 minutes avant le décollage par l’équipage de l’avion, qui ne faisait pas confiance au pilote. A juste titre ! Il avait quatre fois plus d’alcool dans le sang que la limite officiellement tolérée. Il a immédiatement été arrêté et a écopé d’une amende de 2.000 euros. Il a expliqué que la boisson était sans doute plus forte en Europe qu’aux Etats-Unis. Apparemment, chaque année, des dizaines de pilotes avalent vite quelques gorgées d’alcool avant le décollage.

Source : http://www.skynet.be

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 29/12/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site