Les avions du Commonwealth

Commonwealth CA-12

Au début de la guerre du Pacifique, l'armée de l'air australienne (la Royal Australian Air Force) n'était équipée que de deux groupes de Brewster Buffalo. Devant la difficulté d'obtenir rapidement des renforts du Royaume-Uni, il fut décidé de construire un avion de chasse intérimaire national en attendant.

La construction de ce qui fut le Boomerang fut entreprise. Il reprenait beaucoup de composants du CAC Wirraway. Ce dernier étant dérivé du North American NA-16 (le prototype du célèbre T-6 Texan) dont l'Australie avait acquis la construction sous licence.

Il en résulta un chasseur robuste avec une bon taux de montée, mais une vitesse un peu faible et une autonomie réduite. Il fut utilisé par la suite en appui feu au sol

Production

Variantes construites : 105 CA-12, 95 CA-13 et 49 CA-19. 1 prototype de CA-14A construit avec un turbocompresseur mais il fut abandonné lorsque la RAAF reçu des Spitfire.

 

Pix.gif Commonwealth CA-12 Su-27 silhouette.svg
Boomerang (AWM 0408).jpg
Un Boomerang en vol en 1944.

Constructeur Drapeau : Australie Commonwealth Aircraft Corporation
Rôle Chasseur
Premier vol 29 mai 1942
Mise en service 1943
Nombre construits 250
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney R-1830 S3C4 Twin Wasp
Nombre 1
Puissance unitaire 1 200 ch
Dimensions
Envergure 10 m
Longueur 7,77 m
Hauteur 3,96 m
Masses
À vide 2 474 kg
Maximale 3 450 kg
Performances
Vitesse maximale à 2 320 m : 474 km/h
niveau de la mer :437 km/h
Plafond 8 845 m
Rayon d'action à 304 km/h et à 4575 m : 1 490 km
Armement
Interne 1 canon Hispano de 20 mm, 2 mitrailleuses Browning de 7,7 mm dans chaque aile.
boomerang-ca-12-c.jpg

 

Fokker D.XXI

Le Fokker D.XXI est un chasseur intercepteur néerlandais conçu en 1935 pour servir initialement au sein de la ML-KNIL (Aviation militaire de l'armée royale des Indes néerlandaises). Bien que petit et peu cher à produire, le D.XXI était un avion rustique avec des performances plutôt respectables pour cette période. Entré en fonction durant les premières années de la Deuxième Guerre mondiale, il était construit à l'époque dans de petits ateliers indépendants pour le compte de l'Armée de l'air néerlandaise ou Luchtvaartafdeeling ainsi que pour l'Armée de l'air finlandaise. Quelques-uns ont été produits dans l'usine de Carmoli, avant que celle-ci ne soit nationalisée durant la Guerre civile espagnole.

Design & Conception

Le D.XXI est un monoplan à ailes basses, en structure tubulaire acier recouverte en grande partie par du tissu de lin. Suivant la conception classique Fokker, il reçut des ailes en structure bois et un train fixe pour faciliter son utilisation dans les terrains difficiles. Doté d'une cabine fermée, il est motorisé par un moteur en étoile Bristol Mercury avec une hélice tripale. Son entrée en service en 1938, marqua un grand bond en avant pour la Luchtvaartafdeeling, qui était alors essentiellement composée de vieux biplans à cockpit ouvert. Ce nouveau Fokker s'avéra être un avion extrêmement vigoureux capable d'atteindre une vitesse de 700 km/h en piqué...

Service opérationnel

En 1936, quelques-uns servirent pour le compte de la République espagnole. Bien que la commande de la ML-KNIL ait été annulée au profit d'appareils américains, la Luchtvaartafdeeling passa une commande de 36 unités qui arriva juste à temps pour participer à la lutte contre l'envahisseur allemand en mai 1940. Bien que plus lent et moins armé que le Messerschmitt Bf 109, le D.XXI tira son 'épingle du jeu' dans les combats tournoyants grâce à sa manœuvrabilité supérieure. Néanmoins, l'inégalité numérique eut raison de la plupart des D.XXI lors de la bataille des Pays-Bas. Certains ont été capturés pendant et après le 15 mai, mais leurs destins, indépendamment de leur capture, sont inconnus.

Flag of the Netherlands.svg Fokker D.XXI Su-27 silhouette.svg
Fokker D.XXI Soesterberg.jpg Vue de l'avion

Constructeur Fokker
Rôle Chasseur
Premier vol 27 mars 1936
Mise en service 1938
Date de retrait 1948
Nombre construits 148
Équipage
1
Motorisation
Moteur Bristol Mercury VIII
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 830 ch
Dimensions
Envergure 11,00 m
Longueur 8,20 m
Hauteur 2,95 m
Masses
À vide 1 594 kg
Maximale 1 970 kg
Performances
Vitesse maximale 418 km/h
Plafond 9 350 m
Vitesse ascensionnelle 810 m/min
Rayon d'action 930 km
Armement
Interne 4 mitrailleuses FN Browning M36 de 7.92 mm

Les Finlandais construisirent, pour la Suomen ilmavoimat, 90 exemplaires sous licence munis de moteurs Pratt et Whitney plus puissants en plus de 7 D.XXI achetés aux Néerlandais, qui servirent durant la guerre d'hiver. Contre les avions soviétiques, le Fokker se trouva plus approprié aux conditions finlandaises, grâce à son train fixe et son moteur radial. Plus tard dans la guerre, à l'apparition des nouveaux chasseurs russes, le D.XXI se trouva nettement désavantagé avec son armement de 4 mitrailleuses de calibre 0.30 (ou 7,7 mm) et son moteur manquant de puissance.

Un projet pour armer le Fokker de canons de 20 mm fut abandonné et seulement un seul avion reçut un armement de 2 canons de 20 mm et 2 mitrailleuses de 7,7 mm. Un autre avion reçut un train d'atterrissage escamotable mais, en raison de défaut de fabrication, la série fut arrêtée.

Pendant la guerre de Continuation (1941-1944), l'usine finlandaise d'État de construction d'avion ou Valtion Lentokonetehdas produit 50 appareils avec le moteur de construction suédoise Pratt & Whitney R-1535 Twin Wasp Junior, dont le délai d'obtention est identique au Bristol Mercury. Ces modèles-ci, sont facilement identifiables avec une verrière allongée, un capot lisse et une entrée d'air ventrale.

L'Espagne et le Danemark achetèrent aussi les droits pour le produire sous licence.

Camouflage du D.XXI néerlandais

Pour les amateurs de maquettes, le camouflage standard en trois couleurs des avions de la LVA est le marron foncé FS 30257 (+-Humbrol 133) comme couleur de base sur tout l'appareil, avec des tâches vert foncé FS 34077 (Humbrol 172) et sable clair FS 36360 (beige Humbrol 168) sur le dessus et les côtés. L'intérieur de l'habitacle est en gris clair FS 36440. Les aéronefs utilisant ce type de camouflage étaient les Fokker D.XXI, le prototype Fokker D.XXIII, les G-1, les bombardiers Fokker T.V, et les bombardiers d'attaque Douglas DB 8A-3N (voir Northrop A-17).

http://commons.wikimedia.org/wiki/User:Jukka68

Variantes

  • D.XXI : Chasseur monoplace néerlandais.
  • D.XXI-1 : 2 exemplaires pour le Danemark, immatriculés J-41 et J-42 à Dense, équipés avec un moteur Mercury VIS de 645 ch et de 2 canons de 20 mm type Madsen sous les ailes. Leurs numéros de série Fokker sont 554 et 555. Les Danois ont construit 10 appareils similaires sous licence immatriculés J-43 à J-52.
  • D.XXI-2 : 43 appareils pour la force aérienne néerlandaise (immatriculés 212 à 247) et Finlandaise (immatriculés Fr-76 à Fr-82).
  • D.XXI-3 : 38 D.XXI construits en Finlande sous licence équipés avec un moteur PZL/Mercury VII ou Tampala/Mercury VII de 760ch (immatriculés FR-83 jusqu'à FR-120).
  • D.XXI-4 : 50 D.XXI construits en Finlande sous licence avec un moteur Pratt & Whitney R-1535-SB4C-G Twin Wasp Junior de 1050ch, un armement modifié, un plus grand capot et une canopée allongée.
  • D.XXI-5 : 5 exemplaires avec un moteur Bristol Pegasus X de 920ch.
  • Projet 150 : Version propulsée par un moteur radial à piston Bristol Hercules. Jamais construit.
  • Projet 151 : Version propulsée par un moteur à piston Rolls-Royce Merlin. Jamais construit.
  • Projet 152 : Version propulsée par un moteur à piston Daimler-Benz DB.600H. Jamais construit.

Pays Utilisateurs

Fokker D.XXI de l'Armée de l'Air Finlandaise pendant la seconde guerre mondiale
  • Drapeau du Danemark Danemark : L'Armée de l'Air Danoise reçu 7 avions et en construisit 15 sous licence.
  • Drapeau de la Finlande Finlande : L'Armée de l'air finlandaisereçu 7 avions et en construisit 90 sous licence. 7 escadrilles furent équipées :
    • No. 10 Squadron
    • No. 12 Squadron
    • No. 14 Squadron
    • No. 24 Squadron
    • No. 26 Squadron
    • No. 30 Squadron
    • No. 32 Squadron
  • Drapeau : Troisième Reich Reich allemand : La Luftwaffe utilisa un nombre inconnu de D.XXI néerlandais capturés.
  • Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas : L'Armée de l'air néerlandaise se dota de 36 appareils.
  • Flag of the Second Spanish Republic.svg République espagnole : Armée de l'air de la République Espagnole.

Culture Populaire

Un avion d'entraînement North American T-6 Texan fut maquillé en Fokker D.XXI pour le film Le Choix du destin (Soldaat van Oranje) de Paul Verhoeven (1977).


Fokker G.I Jachtkruiser

Développement

Le G.I a été conçu en 1936 par les ingénieurs en chef de Fokker, Marius Beeling et Erich Schatzki, en un temps record : de la planche à dessin au premier prototype, le projet n'a duré que 7 mois. Sa présentation au public fit sensation, lors de la fête aérienne de Paris, où avec ses huit mitrailleuses frontales plus celle de tourelle, il fut surnommé le « Faucheur ». Sa conception bipoutre et bimoteur fut reprise plus tard pour le concept du Lockheed P-38 Lightning en 1939.

Le G.I fut conçu en tant que chasseur lourd, c'est-à-dire ayant pour mission de patrouiller un espace aérien et de l'interdire aux avions ennemis, notamment les bombardiers. Un rôle particulièrement important, si on se base sur les théories de Giulio Douhet. Le Fokker G.I pouvait également être utilisé pour des missions d'attaque au sol ou de bombardement léger, grâce à sa capacité d'emport de 400 kg de bombes. Conçus initialement pour un équipage de 3 membres (pilote, bombardier, mitrailleur), tous les G.I hollandais eurent le siège du bombardier retiré, car ils ne seront utilisés que pour l'attaque au sol.

Comme tous les appareils Fokker de cette période (et d'autres constructeurs par ailleurs...), le G.I est un assemblage composite. Le devant de la nacelle centrale et les poutrelles de queue sont en armature soudée recouverte d'aluminium, l'arrière de la nacelle centrale et les ailes sont en bois recouvert de Triplex (Technique développée avec succès par Fokker pour ses avions de transport de passagers).

Son vol inaugural eut lieu le 16 mars 1937 à Welschap près de Eindhoven. Les vols suivant révélèrent quelques problèmes de conception. Les moteurs d'origine Hispano-Suiza consommaient trop d'huile, les concepteurs voulurent les remplacer par des Rolls-Royce Merlin mais ils étaient indisponibles à cette date (ce qui en aurait fait le chasseur le plus rapide de cette période). À la fin deux variantes furent établies : une version biplace motorisée avec des Bristol Mercury VII, et une version monoplace utilisant des Pratt & Whitney R-1535, moins puissants mais plus fiables. En outre, le poids engendré par les huit mitrailleuses dans le nez de l'appareil rendait les conditions de pilotage au décollage et atterrissage difficiles. Ce problème ne fut jamais vraiment résolu.

Outre l'armée de l'air hollandaise, plusieurs nations montrèrent de l'intérêt pour le Fokker G.I. Bien que cet appareil fût construit suivant les spécifications de l'armée de l'air française, la France préféra des avions de fabrication nationale, comme le Breguet 691.

L'armée de l'air espagnole commanda 37 unités. Après la mobilisation de 1939, ces versions monoplaces furent réquisitionnées par l'armée hollandaise. Cependant, les Hollandais eurent des difficultés à les armer, à tel point qu'en 1940 seuls quatre étaient en état de combattre.

Les Danois commandèrent 12 G.I en configuration bombardier en piqué. Ils devaient être construits sous licence, mais la commande ne fut jamais prête du fait de l'invasion nazie. Les services de renseignement allemands pensent que certains furent assemblés, rien ne put le prouver.

Les autres pays intéressés furent la Suède (17 unités), la Belgique, la Turquie, la Hongrie et la Suisse, mais du fait de l'invasion des Pays-Bas, aucun appareil ne fut livré.

La Luchtvaartafdeeling (Armée de l'air hollandaise) commanda 36 appareils équipés de moteurs Bristol Mercury VIII (Moteur standard de l'armée hollandaise) pour constituer deux escadrilles.

Quand les Nazis envahissent la Hollande le 10 mai 1940, 23 de ces appareils, dont 4 équipés de R-1535 à destination de l'Espagne, sont prêts au combat:

Pix.gif Fokker G.I Jachtkruiser Su-27 silhouette.svg
Fokker g1.gif Vue de l'avion

Constructeur Drapeau : Pays-Bas Fokker
Rôle Chasseur lourd
Statut Retiré du service actif
Premier vol 16 mars 1937
Mise en service 1940
Date de retrait 1945
Nombre construits 63
Équipage
2 ou 3
Motorisation
Moteur Bristol Mercury VIII
Nombre 2
Type Moteur en étoile à 9 cylindres refroidis par air
Puissance unitaire 830 ch
Dimensions
Fokker G.1.svg
Envergure 17,16 m
Longueur 10,87 m
Hauteur 3,80 m
Surface alaire 38,30 m2
Masses
À vide 3 325 kg
Maximale 4 800 kg
Performances
Vitesse maximale 475 km/h
Plafond 10 000 m
Vitesse ascensionnelle 810 m/min
Rayon d'action 755 km
Charge alaire 125.3 kg/m2
Rapport poids/puissance 0.30 kg/ch
Armement
Interne 8 mitrailleuses fixes FN-Hestal Browning en calibre 7,92 mm Mauser
1 mitrailleuse orientable en 7,92 mm Mauser en tourelle arrière
400 kg de bombes
  • 3e escadrille de chasse basée à Waalhaven : 11 appareils immatriculés 302, 309, 311, 312, 315, 319, 328, 329, 330, 334, 335 (2 appareils 314 et 316 non équipés).
  • 4e escadrille de chasse basée à Bergen (Hollande-Septentrionale) : 12 appareils immatriculés 301, 304, 305, 308, 310, 318, 321, 322, 325, 331, 332 et 333 (3 appareils 300, 313 et 317 non équipés)
  • École de pilotage de Texel : 1 appareil immatriculé 307.
  • En réparation chez Fokker : 303 (prêt), 323 et 327.
  • Les appareils 320, 324 et 326 affectation inconnue mais probablement en dépôt.

L'invasion commence par l'attaque systématique des bases aériennes : une escadrille est complètement détruite au sol, tandis que l'autre totalise onze victoires confirmées sur l'ennemi.

Durant ces jours critiques de mai 1940, le G.I s'est illustré dans les actions suivantes :

  • 11 mai : Patrouilles de combat des appareils 300, 301, 304, 318 et 332 (quelques Messerschmitt Bf 109 et plusieurs Ju 52 sont abattus).
  • 12 mai : Attaque sur les positions allemandes de Grebbelinie (en) par les G.I 302, 322 et 325.
  • 13 mai : Les matricules 318 et 321 de Bergen (Hollande-Septentrionale) escortent un groupe de 5 Fokker D.XXI et 4 Fokker C.X lors d'une action contre les positions allemandes de Grebbeberg. Les deux G.I sont tellement endommagés qu'ils ne seront plus utilisables.
  • 14 mai : Patrouilles de combat des G.I 308, 322, 342 et 343 avec 5 Fokker D.XXI.

Plusieurs Jachtkruiser furent alors capturés et reconvertis en avion d'entrainement pour les futurs équipages de Messerschmitt Bf 110. Il n'y a aucun cas connu de G.I combattant sous cocarde allemande.

Le lundi 5 mai 1941, le pilote d'essai T.H. Leegstra et l'ingénieur de Fokker Piet Vos, partirent de Schiphol et amenèrent un G.1 no.362 en Angleterre. Plus tard, ce G.1 reçu les peintures de la RAF, mais il ne vola plus jamais. Il fut alors utilisé par la Miles Aircraft Factory pour les tests des avions en structure bois sous le climat anglais. La compagnie l'a laissé se détériorer et a finalement été abandonné.

Il n'y aucun exemplaires de G.I en état de vol aujourd'hui, à part une réplique visible au Dutch Air Force Museum de Soesterberg.

Variantes

  • G.I : Prototype motorisé avec des Hispano-Suiza 14AB-02/03. Un seul exemplaire construit (N° de serie 5419).
  • G.Ia : Version bi- et triplace, motorisée avec des Bristol Mercury VIII. 36 exemplaires construits (N° de serie 5521 à 5556).
  • G.Ib : Version biplace destinée à l'export. (Le G.Ib avait une longueur de fuselage plus petite et une surface ailaire réduite en comparaison du G.Ia. longueur : 10.38m, Envergure: 16.50m , Surface ailaire: 35,70 m2), utilisant des moteurs Pratt & Whitney SB4-G Twin Wasp Junior. 25 ou 26 exemplaires construits (N° de serie 5557 à 5581).

PZL P.11

Le PZL P.11 est un avion de chasse polonais, conçu au début des années 1930 par PZL à Varsovie. Il a été brièvement considéré comme l'avion de combat ayant la conception la plus avancée au monde1. Le PZL P.11 a servi comme principal chasseur polonais pour la défense lors de la campagne de Pologne en 1939, mais il a été vite dépassé en raison des progrès rapides dans la conception des avions.

Conception et développement

L'histoire du PZL P.11 a commencé en 1929, quand un designer de talent, Zygmunt Puławski (en), conçut un chasseur monoplan structure et revêtement métal. Alors que la plupart des armées dans le monde utilisaient encore des biplans, les nouveaux P.1 avaient des ailes en mouette surélevées qui offraient au pilote un excellent champ de vision. Un deuxième prototype, le P.6, fut achevé l'année suivante. La conception a généré un vif intérêt à travers le monde, la conception fut appelée « aile polonaise » ou « aile Puławski ». Une version améliorée, le PZL P.7, fut produite pour l'armée de l'air polonaise dans une série de 150 unités. Après la conception du P.7, Puławski a étudié d'autres versions avec des moteurs plus puissants, pour aboutir au P.11. Puławski était mort, victime d'un accident d'avion lorsque le premier prototype P.11/1 vola en août 1931. Suivirent deux prototypes légèrement modifiés, le P.11/II et le P.11/III. La première version commandée par l'armée de l'air polonaise, le P.11a, était considérée comme un modèle provisoire construit en une série de 30 exemplaires. Similaire au P.7, il reçut le moteur en étoile Bristol Mercury IV S2 de 575 ch (429 kW), fabriqué en Pologne sous licence.

La version finale destinée aux forces aériennes polonaises, le P.11c avait un nouveau fuselage affiné et le moteur abaissé dans le nez pour donner au pilote une meilleure vision. La partie centrale de l'aile était également modifiée. La production du P.11c a commencé en 1934 et 175 exemplaires ont été construits. La première série, d'environ 50 avions P.11c, a été équipée du Mercury S2 V de 600 ch (447 kW), le reste du Mercury VI S2 de 630 ch (470 kW).

Cette production limitée a pu sembler irresponsable de la part du gouvernement polonais, avec l'aviation de l'Armée rouge atteignant des milliers d'exemplaires et l'Allemagne accroissant sa production à une échelle sans précédent. Même sans la nouvelle usine WP2 de Mielec, les PZL pouvaient être produits à au moins 10 chasseurs par mois. Toutefois, le commandement du wojskowe Lotnictwo (Armée de l'air) était encore en train d'étudier des concepts différents sur l'utilisation de chasseurs et des bombardiers, tandis que les bureaux d'étude polonais élaboraient des conceptions très avancées. La mort prématurée de Zygmunt Puławski a également compliqué l'affaire.

En dehors de la Pologne, la Roumanie était intéressée par le nouveau modèle. Avant même la production du P.11a, 50 avions désignés P.11b ont été produits pour la Force aérienne roumaine et livrés en 1932. Semblables aux P.11a ils étaient équipés de moteur Gnome-Rhone 9K (en) Mistral. À la sortie du P.11c, les Roumains ont décidé d'acheter une licence et produire le nouveau modèle à l'usine IAR. En conséquence, à partir de 1936 l'IRA a construit 70 appareils IAR P.11f avec une légère mise à jour du 9K. Les Roumains ont aussi produit un autre chasseur polonais, le PZL P.24, développé à partir du P.11 destiné exclusivement à l'exportation. Certains autres pays étaient intéressés par le P.11, mais finalement, la Bulgarie, la Grèce et la Turquie, ont acheté le P.24 à la place.

PZL P.11 Su-27 silhouette.svg
PZLP11C CURRENT.jpg
P.11c exposé au Musée de l’Aviation Polonaise de Cracovie.

Constructeur Drapeau : Pologne Państwowe Zakłady Lotnicze
Rôle Avion de chasse
Premier vol Août 1931
Mise en service 1934
Date de retrait 1945
Nombre construits 325
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Bristol Mercury VS2 ou Mercury VIS2
Nombre 1
Type Moteur en étoile
Puissance unitaire 645 ch
Dimensions
Envergure 10,72 m
Longueur 7,55 m
Hauteur 2,85 m
Surface alaire 17,9 m2
Masses
À vide 1 147 kg
Avec armement 1 650 kg
Performances
Vitesse maximale 390 km/h
Plafond 8 000 m
Vitesse ascensionnelle 744 m/min
Rayon d'action 550 km
Charge alaire 91,1 kg/m2
Armement
Interne 2 à 4 mitrailleuses de 7,92 mm
Externe 50 kg de bombe

Lorsque le P.11 entré en service en 1934, il était sans nul doute le chasseur le plus avancé au monde. Toutefois, en raison des progrès rapides dans la technologie aéronautique, ils furent obsolètes, en 1939, dépassé par les modèles à ailes cantilever avec le train d'atterrissage rétractable comme le Polikarpov I-16 soviétique ou le Bf-109 allemand. Malheureusement, il est resté le seul chasseur polonais en service, totalisant environ 185 exemplaires, répartis dans les six régiments de l'air et l'école d'aviation de Deblin. Bien que conscient de obsolescence du P.11, l'aviation polonaise avait placé ses espoirs dans le nouveau PZL.50 Jastrząb (en), qui a subi des retards répétés. Quand il est devenu évident que le PZL.50 ne serait pas en service à temps pour une guerre qui se profilait clairement, il a été envisagé de produire une version actualisée P.11, équipée du Mercury VIII de 840 ch (626 kW) et d'un cockpit fermé, connue sous le nom P.11g Kobuz. Seul le prototype du P.11g avec une vitesse maximale à un niveau encore lent de 390 km/h a volé avant la guerre, en août 1939.

Compte tenu de l'indisponibilité du PZL.50, le seul espoir de remplacer les P.11 obsolètes résidait dans l'acquisition de chasseurs modernes étrangers. En 1939, après avoir reçu les crédits nécessaires, la Pologne a commandé à la France 120 Morane-Saulnier MS.406 et à la Grande-Bretagne 14 Hurricane I, et un Spitfire I pour essais, en plus des 100 bombardiers légers Fairey Battle. Aucun de ces avions n'a été livré à la Pologne avant septembre 1939

Histoire opérationnelle

Lors du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le 1er septembre 1939, l'aviation polonaise disposait de 109 PZL P.11c, 20 P.11a et 30 P.7a dans des unités combattantes. De plus, 43 avions P.11c étaient en réserve ou en cours de réparation. Seul un tiers des P.11c étaient armés de quatre mitrailleuses, le reste n'en comptait que deux, encore moins avaient une radio. Le P.11 ont été utilisés dans 12 escadrons, chacun avec 10 avions (deux escadrons constituaient un groupe, en polonais : dywizjon). Deux groupes - quatre escadrons - la Brigade Pursuit ont été déployés autour de Varsovie, les autres étant affectés aux armées. Tous ont pris part à la défense pendant l'invasion de la Pologne. Outre les unités de combat, plusieurs avions P.11, y compris un prototype P.11g, ont été utilisés dans des unités improvisés dans les bases aériennes.

Le 1er septembre 1939, les escadrons de chasse avaient été affectés à des aérodromes distants, de sorte qu'ils n'ont pas été bombardés par les Allemands. Au cours de la campagne de Pologne, le P.11 a combattu contre des bombardiers et chasseurs allemands plus modernes. Non seulement les Messerschmitt Bf 109 et Bf 110 allemands étaient plus rapides et mieux armés, mais aussi la plupart des bombardiers allemands étaient plus rapides. Étant donné que les chasseurs P.11 avait eu des années d'utilisation intensive avant la guerre, leur vitesse maximale était encore plus faible que leurs 375 km/h théoriques. Les P.11a étaient dans un état encore pire. Une autre insuffisance grave était leur petit nombre, ce qui signifiait que les missions impliquant des groupes supérieurs à environ 20 avions ont rarement été entreprises et les machines de réserve étaient pratiquement inutilisables.

Cependant l'avion de chasse polonais, qui avait une meilleure manœuvrabilité, de par sa conception offrait une bien meilleure visibilité du cockpit que l'avion allemand. Le P.11 était de construction robuste, présentait un bon taux de montée et pourrait opérer à partir de terrains courts, rustiques et sans revêtement. Sa construction très solide l'autorisait à atteindre jusqu'à 600 km/h en piqué sans risque d'arrachement des ailes. Théoriquement, la seule limite à ses manœuvres était la capacité du pilote à supporter des facteurs de charge élevés. Ainsi en dépit de la supériorité allemande, les P.11 ont réussi à abattre un nombre considérable d'avions allemands, dont des chasseurs, tout en subissant cependant de lourdes pertes. Les chiffres exacts ne sont pas entièrement vérifiés. Un total de 285 avions allemands ont été perdus selon les dossiers de la Luftwaffe, dont au moins 110 victoires au crédit du P.11 pour la perte d'environ 100 des leurs2. Certains des avions allemands abattus ont été retrouvés plus tard et remis en service, ce qui a permis à la propagande allemande de clamer de moindres pertes au combat.

À l'aube du 1er septembre, le capitaine Mieczysław Medwecki sur P.11c PZL a été abattu par le Rottenführer Leutnant Frank Neubert du I./StG 2 (Stuka), ayant le triste honneur de devenir le premier avion abattu de la Seconde Guerre mondiale. La première victoire aérienne des Alliés fut réalisée 20 minutes plus tard par un ailier de Medwecki, Wladyslaw Gnys, qui a abattu deux Dornier Do 17 avec son P.11c. Le P.11c PZL est également le premier appareil à attaquer avec succès par abordage volontaire, un avion ennemi durant la Seconde Guerre mondiale. La première grande bataille aérienne de la Seconde Guerre mondiale a eu lieu au petit matin le 1er septembre au-dessus du village de Nieporęt, au nord de Varsovie, quand un groupe d'environ 70 bombardiers allemands composé de Heinkel He 111 et de Dornier Do 17 a été intercepté par quelques chasseurs, 20 P.11 et 10 P.7, et a dû abandonner sa mission sur Varsovie.

La plupart des P.11s ont été détruits en 1939, mais 36 ont été évacués en Roumanie et pris en charge par la force aérienne roumaine. En raison de leur obsolescence, ces anciens chasseurs n'ont pas été utilisés au combat, seul un petit nombre a été utilisé pour la formation tandis que les autres ont été démantelés pour pièces de rechange. Certains appareils ont été utilisés par les Allemands pour la formation. Deux PZL P.11 ont été capturés par l'Armée rouge et utilisés pour tests. Un a atterri en Hongrie (près de la ville de Hajdúböszörmény) et a été utilisé comme remorqueur de planeurs par l'Université de Technologie de Budapest.

Rescapés

Le seul survivant des P.11c est exposé au Musée de l’Aviation Polonaise de Cracovie.


3 votes. Moyenne 2.67 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 26/08/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site