Curtiss Model 81 et 87 (P-40 Warhawk)

Curtiss Model 81 et 87 (P-40 Warhawk)

Curtiss P-40 Warhawk

 Historique

 Dernier appareil de la fameuse lignée  des Hawk, le Curtiss P-40 Warhawk  ne figura jamais parmi les grands  avions de chasse de la Seconde Guerre  mondiale.
 L’histoire de ce monomoteur, qui  reçut la désignation constructeur de  Model 81, débuta en 1937 lorsque les  ingénieurs de la firme américaine procédèrent à la modification du prototype Model 75 en le dotant d’un  moteur en ligne Allison V-1710-11 de  1 150 ch (858 kW). Dans cette configuration, le Model 751, premier chasseur américain capable de voler à plus  de 483 km/h, fut testé par l'USAAC  en tant que XP-37. Malgré des problèmes de propulseur et de compresseur, les possibilités de l’appareil se  révélèrent si intéressantes que l'Air  Corps commanda treize YP-37 en vue  de les soumettre à des essais opérationnels avec un moteur amélioré  V-1710-21 et un fuselage légèrement  allongé. En dépit de l’adoption du  nouveau compresseur B-2, les XP-37  continuaient à présenter des problèmes de groupe motopropulseur.  Un peu plus tard, le dixième P-36A  fut remotorisé avec un Allison V-  1710-19 de 1 160 ch (865 kW) à la  place de son moteur en étoile Pratt &  Whitney R-1830-13 de 1050 ch  (785 kW) d’origine. Cette machine,  qui se différenciait assez peu du P-  36A en ce qui concernait les autres  éléments, effectua son premier vol le  14 octobre 1938. Désignée XP-40, elle  fut soumise au mois de mai 1939 à des  essais comparatifs avec d’autres prototypes de chasseurs et fut retenue  pour la production de série, car elle  répondait le mieux aux besoins de  l’US Army Air Corps. Au total, cinq  cent vingt-quatre P-40 de série  (Model 81) furent commandés le  27 avril 1939, ce qui représentait le  plus important marché passé en une  seule fois pour un intercepteur par  l’US Army. Tout juste un an plus  tard, en mai 1940, les P-40 de tète de  série commençaient à sortir d’usine,  les trois premiers étant réservés aux  essais opérationnels. Se distinguant  du XP-40 initial par un moteur  compressé Allison V-1710-33 moins  puissant, ces avions mettaient en  oeuvre deux mitrailleuses de 7,62 mm  dans les ailes plus deux autres de  12,7 mm de capot. Au mois de septembre 1940, l’USAAC avait pris livraison de deux cents machines.
 Entre-temps, en avril 1940, la priorité avait été accordée a la fabrication de 185 Hawk 81-A1 sensiblement  identiques, achetés par la France.  Aucun d’entre eux n’ayant cependant  quitté la chaine de montage au moment de l’armistice de juin 1940, ces  appareils furent cédés a la Grande- Bretagne, pays ou ils reçurent la dénomination de Tomahawk Mk I. Les  expéditions vers l’Europe et l’Afrique  débutèrent a la fin de 1940, mais le  Tomahawk, n’étant pas adapté a ces  théâtres d’opérations, fut le plus sou-  vent relégué a des missions d’entrainement.  La version suivante destinée a la  RAF (Hawk 81-A2) fut baptisée Tomahawk Mk IIA. Identique au P-40B  (Model 81-B) de l‘USAAC, elle disposait de réservoirs auto-obturant,  d’un blindage et de deux mitrailleuses  d’aile de 7,7 mm. Malheureusement,  l’augmentation de poids qui résulta  de ces modifications réduisit d’autant les performances, également entamées par la mise en oeuvre d’un  nouveau type de réservoir auto-obturant et le montage de deux armes de  voilure supplémentaires sur le P-40C.  Neuf cent trente exemplaires de ce  dernier furent construits pour le  compte de la RAF (Hawk 81-A3), qui  leur attribua la désignation de Tomahawk Mk IIB. Une centaine de Hawk  81-A3 réalisés pour la RAF furent  cédés à la Chine, quatre-vingt-dix  étant versés a l’American Volunteer  Group (AVG), qui opérait depuis  Kunming et Mingaladon. L‘Union soviétique reçut quant a elle quarante- neuf machines, provenant directement des Etats-Unis, et cent quarante-six de Grande-Bretagne.  En 1941, un certain nombre de P-40  américains furent modifiés en avions  de reconnaissance sous la désignation  de RP-40, mais Curtiss avait déjà entrepris la transformation du Model 81  pour tenter d’en améliorer les performances et la fiabilité. Ces changements concernaient l’adoption d’un Allison V-1710-39 de 1150 ch  (858 kW), dont la puissance était  maintenue jusqu’a 3 565 m, le renforcement du blindage, le montage de  quatre mitrailleuses d’ailes de  12,7 mm et l’installation d’un point  d’attache sous le fuselage capable de  recevoir une bombe de 227 kg ou  un réservoir largable de 197 l.  Commandé par la RAF en tant que  Kittyhawk Mk I, l’appareil prit l’air  le 22 mai 1941sous les désignations  de Curtiss Hawk 87-A2 et USSAC P-40D. L’USAAF ne reçut que vingt-deux chasseurs armés de mitrailleuses d’ailes, les appareils suivants, appelés P-40E (Model 87-B2), recevant six armes. Au total mille cinq cents P-40E-1 (Hawk 87-A3 et A4) furent achetés par l’USAAF avant d’étre expédiés en Grande-Bretagne au titre du Prét-Bail, cette version étant dénommée Kittyhawk Mk IA dans la RAF. Un grand nombre d‘autres appareils de ce type furent cédés aux forces aériennes du Commonwealth de même qu‘à l’AVG du Brigadier General Claire Chennault en Chine.

 

Curtiss P-40 Warhawk
Constructeur Curtiss-Wright Corporation
Rôle Avion de chasse
Statut Retiré du service
Premier vol 14/10/38
Date de retrait 1948 (USA) 1958 (Brésil)
Coût unitaire 44 892 US$ (en 1944)1
Nombre construits 13738
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Allison V-1710-81/99
Nombre 1
Type Moteur à pistons
Puissance unitaire 1 200 ch
Dimensions
Envergure 11,38 m
Longueur 10,16 m
Hauteur 3,76 m
Masses
À vide 3 039 kg
Avec armement 3 810 kg
Maximale 5 008 kg
Performances
Vitesse maximale 586 km/h (Mach 0,47 à 6 100 m)
Plafond 9 300 m
Vitesse ascensionnelle 635 m/min
Rayon d'action 2 414 km
Armement
Interne 4 à 6 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm
Externe 907 kg de bombes (3 points d'attache : 1 fuselage & 1 par aile)

Curtiss P40 Kittyhawks Very Low & Fast

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 23/10/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×