Bloch MB.210

Bloch MB.210

Bloch 210

  Historique

 Bien que dérivé du MB200, le Bloch  MFL210 présentait une configuration  très différente, en raison de la présence d`une aile basse cantilever,  montée à la place de l'aile haute du  modèle précédent, et de la mise en  oeuvre d’un train d'atterrissage escamotable qui remplaçait de manière  avantageuse l’atterrisseur fixe et haubané du MR200. Construit sur les  fonds propres de la société Avions  Marcel Bloch, le prototype effectua  son premier vol le 23 novembre 1934  avec deux moteurs en étoile Gnome- Rhône 14Kdrs/Kgrs de 800 ch  (596 kW), une seconde machine
expérimentale. désignée MB211, étant  réalisée avec deux propulseurs en  ligne Hispano-Suiza 12Y dotés de radiateurs frontaux, dans un but de  comparaison. Cet appareil ne vola  pourtant pas avant le 29 août 1935,  les essais en vol révélant la supériorité du projet initial et aucun autre  exemplaire du MR211 n'étant construit.
Le prototype MR.210.01 fut terminé avec un train fixe, mais les  exemplaires de la première série  MR210 Bn.4 reçurent un atterrisseur  escamotable et deux moteurs Gnome-Rhône 14Kirs ou Kjrs de 870 ch  (649 kW). La seconde machine de  série, qui prit l’air le 12 décembre  1935, comportait un dièdre à l’extrémité des ailes et, après des essais au  CEMA, cette nouvelle voilure fut retenue pour être montée en série sur  les exemplaires suivants. Un dernier  changement résultant du reclasse-  ment de l`appareil de sa catégorie  d`origine Rn.4 à la classe Rn.5 (bombardier de nuit, cinq membres d'équipage) intervint avant la matérialisation définitive du modèle de série, et  le premier bombardier, assemblé par  Hanriot, vola en novembre 1936. Le  Bloch MB.210 atteignait, en palier,  320 km/h pour une vitesse de croisière de 240 km/h. Son plafond pratique était de 9 900 m. 
Les différents marchés totalisèrent  deux cent cinquante-sept unités, fabriquées par ANF Les Mureaux (20),  Bloch (25), Breguet (16), Hanriot  (50), Potez-CAMS (35), Renault (35)  ainsi que 76 machines partagées entre  les firmes nationalisées, SNCAC,  SNCAO et SNCASO. Le MB.210  entra en service à la fin de l'année  1936 et ses utilisateurs, sans doute  moins pointilleux que les pilotes d’essai du CEMA, furent vite confrontés  à un problème de surchauffe des moteurs avec toutes les conséquences qui  en découlaient. Tous les avions alors  en service durent être interdits de vol  jusqu'à l'installation de moteurs  Gnome-Rhône 14N-10/11, qui constituèrent le groupe propulseur standard du MB210.
Au début de la Seconde Guerre  mondiale, douze groupes de bombardement volaient sur cet appareil,  dont la vitesse de pointe (de l’ordre  de 320 km/h) en faisait une proie  toute désignée pour les chasseurs de  la Luftwaffe. La lenteur des livraisons des bombardiers de la nouvelle  génération ayant empêché la  complète relégation de ces appareils  en seconde ligne, au moment de l’attaque allemande du 10 mai 1940, neuf  groupes utilisaient encore le MB.210.  Celui-ci fut employé dans des bombardements nocturnes avant d`être  expédié en Afrique du Nord, à partir  du 17 juin.
Quant au prototype MB.210.01,  pourvu de deux flotteurs, il fut prêté  à l'Aéronavale pour être testé comme  bombardier-torpilleur, mais aucun  marché ne fut passé. Vingt-quatre  MB.210 supplémentaires furent assemblés pour le compte de la Roumanie et livrés avant le second semestre  de 1938.       

Bloch MB.210
Constructeur Société des avions Marcel Bloch
Rôle Bombardier
Statut Retiré
Premier vol 24 novembre 1934
Mise en service Novembre 1935
Date de retrait 1942
Nombre construits 274
Équipage
5 hommes
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône 14 Kirs/jrs
Nombre 2
Puissance unitaire 870 ch
Dimensions
Envergure 22,81 m
Longueur 18,90 m
Hauteur 6,15 m
Surface alaire 72 m2
Masses
À vide 6 200 kg
Avec armement 9 500 kg
Maximale 10 200 kg
Performances
Vitesse maximale à 4 000 m : 335 km/h (Mach 0,27)
Vitesse de décrochage 105 km/h
Plafond 8 000 m
Rayon d'action 1 700 km
Charge alaire 132 kg/m2
Rapport poids/puissance 5,40 kg/ch
Armement
Interne 1 600 kg de bombes
Externe 3 mitrailleuses MAC 35 de 7,5 mm (tourelle de nez, tourelle ventrale, tourelle dorsale), 800 coups chacune.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 09/12/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site