Bristol Beaufort

Bristol Beaufort

Beaufort

Historique

 En 1935, l'Air Ministry publia deux  spécifications (M.15/35 et G.24/35)  portant respectivement sur un bombardier torpilleur et un appareil de  bombardement et de reconnaissance,  ce dernier étant destiné à remplacer  l'Avro Anson. Le Bristol Type 149,  construit au Canada sous la désignation de Bolingbroke, répondit aux exigences officielles concernant le second  appareil. La firme britannique suivit  cependant une politique différente  pour le premier, en essayant de développer à partir du Blenheim une machine volante connue sous l'appellation de Type 150. Ce projet, dont la  principale caractéristique résidait  dans l'utilisation d'un fuselage de  Blenheim, modifié afin de pouvoir  emporter une torpille, et dans l`utilisation de moteurs plus puissants fut  soumis aux services techniques de  l'Air Ministry en novembre 1935
Après ces ébauches, le bureau  d'études Bristol estima qu'il était  possible de donner satisfaction aux  responsables de la RAF en mettant  au point, à partir du Blenheim, un  appareil capable de remplir les missions définies par les deux spécifications précitées. Cette orientation  nouvelle aboutit au Type 152 qui, par  rapport au Blenheim IV, présentait  un fuselage légèrement allongé, le pilote et le navigateur étant assis côte à  côte, tandis qu'un autre membre  d'équipage remplissait des fonctions  de mitrailleur et de radio tout en assurant la mise en œuvre des appareils  photographiques en mission de reconnaissance. 
L'air Ministry se montra fort intéressé par le nouvel appareil, mais insista sur la nécessité de lui affecter un  équipage de quatre hommes. Les modifications apportées par le constructeur changèrent la configuration du  dos du fuselage, donnant naissance au  Bristol Beaufort. 
Les premières analyses révélèrent  cependant que les deux Bristol Perseus dont le montage était prévu sur  le Type 152 ne fourniraient pas une  puissance suffisante, l'avion ayant  subi un accroissement de poids de  près de 25 % par rapport aux études  initiales. C’est la raison pour laquelle  les techniciens britanniques se reportèrent sur le Taurus, seul moteur  dont les prévisions de production correspondaient à celles des cellules de  Beaufort. Une première commande de  soixante-dix-huit exemplaires fut passée en août 1936, mais le prototype  du nouvel appareil ne quitta pas le sol  avant le 15 octobre 1938, en raison  des problèmes rencontrés avec la mise  au point du propulseur choisi et des  opérations de dispersion de la production du Blenheim destinées à libérer  les chaînes de montage nécessaires à  la fabrication du Type 152. 
Les essais en vol du prototype mirent en évidence un certain nombre  de défauts qui conduisirent les ingénieurs à installer des trappes qui recouvraient entièrement le train principal quand celui-ci était rentré. En  outre, l’emplacement des tubulures  d'échappement fut modifié tandis que  le nombre de mitrailleuses de la tourelle dorsale passa à deux. Toutes ces  opérations retardèrent l'entrée en service du Beaufort Mk I, qui ne  commença à équiper le Squadron 22  que dans le courant du mois de janvier 1940. Et ce ne fut pas avant la  nuit du 15 au 16 avril suivant que cet  appareil fut engagé au combat, effectuant à cette occasion une mission de  mouillage de mines. Puis, en mai, tous  les avions de ce type furent interdits  de vol afin de résoudre les problèmes  de moteur qui avaient surgi dans l’intervalle. 
S'intéressant dès le début à cet appareil, le gouvernement australien  profita de la venue d`une mission aérienne britannique, au commence-  ment de l'année 1939, pour en acquérir les droits de production sous  licence. Deux chaînes d'assemblage  furent installées à Melbourne et à  Sidney, les Australiens recevant alors  une vingtaine de cellules et le huitième exemplaire de série. Avant  même le démarrage des fabrications,  la décision fut prise de ne pas utiliser  les Taurus, la préférence étant accordée au Pratt & Whitney Twin Wasp.  Au total, l'Australie devait procéder  au montage de sept cents Beaufort. 
Les premières de ces machines quittèrent les ateliers en 1940 et le premier Beaufort Mk V australien prit  l'air en mai 1941. En dehors de ses  nouveaux moteurs, celui-ci était, dans  ses grandes lignes, identique au modèle britannique, bien que sa dérive  ait été quelque peu agrandie de façon  à compenser la puissance supplémentaire apportée par le Twin Wasp. Ce  dernier fut adapté sur les cinquante  Mk V et les soixante Mk VA réalisés,  le Beaufort Mk VI (soixante unités)  étant doté d’hélices Curtiss et du  S1C3-G, et le Mk VII d’hélices Hamilton et du même propulseur. Quant  au Beaufort Mk VIII, qui mettait en  œuvre le S3C4-G et donna lieu à une  production de cinq cent vingt appareils, il disposait d'une capacité en  carburant accrue, d'un système de navigation LORAN et d'un armement  différent. Les fabrications prirent fin  en août 1944, quarante-six exemplaires de cette dernière version étant  transformés en appareils de transport  non armés sous la désignation de  Beaufort Mk IX. Le Beaufort fut employé de manière intensive par la  Royal Australian Air Force entre l’été  de 1942 et la fin de la Seconde Guerre  mondiale. 
La mise en œuvre du Twin Wasp  sur le Beaufort Mk V australien incita l`Air Ministry à demander le  montage du moteur américain sur une  machine de série qui vola au cours du  mois de novembre 1940 et constitua le  prototype du Beaufort Mk II, apparu  en septembre de l'année suivante. Les  performances de l'avion s'en trouvèrent améliorées de manière notable,  mais, en raison d’un manque de propulseurs de ce type, la production de  la nouvelle version se limita à cent  soixante--quatre exemplaires. Par la  suite, le Mk I, dont la structure avait  été renforcée et qui avait reçu une  nouvelle tourelle de même qu’un  radar ASV, fut à nouveau produit  avec les Taurus XII ou XVI, les fabrications de Beaufort britanniques prenant fin en décembre 1944 après la  réalisation de mille deux cents exemplaires de toutes versions. 
Les désignations Beaufort Mk III  et Mk IV s`appliquèrent respectivement à des appareils équipés de  Rolls-Royce Merlin XX, dont aucun  exemplaire ne fut construit, et de  Taurus XX de 1250 ch (une seule  unité mise au point). 
Le Beaufort servit au sein du Coastal Command entre 1940 et 1943 en  tant que bombardier torpilleur dans  les Squadrons 22, 42, 86, 217, 415 et  489 basés en Grande-Bretagne et dans  les Squadrons 39, 47 et 213 déployés  au Moyen-Orient. Il fut remplacé par  le Beaufighter après avoir été engagé  dans des attaques coûteuses contre  les croiseurs de bataille Scharnhorst  et Gneisenau et contre le croiseur  lourd Prinz Eugen
Le Bristol Type 152 Beaufort fut  retiré des unités de la Royal Air  Force à la fin de l'année 1944 et, au  terme des hostilités, plus aucun appareil de ce type n`était utilisé, sauf en  Australie. Les quelques machines stockées dans ce dernier pays après le  conflit ne furent pas mises en œuvre  par la Royal Australian Air Force  mais employées dans la lutte menée  contre des invasions d'insectes, en  1946, en répandant des insecticides.  Le Beaufort ne connut en outre aucune carrière civile et, en dehors des  pays du Commonwealth cités, seule la  force aérienne turque en reçut deux  exemplaires qui servirent à l'entraînement des pilotes appelés à voler sur le  Beaufighter. Quelques-uns de ces appareils furent livrés à la Royal Canadian Air Force et furent mis en œuvre  en Colombie britannique.

Bristol Beaufort
Constructeur Bristol
Rôle Bombardier-torpilleur
Premier vol 15 octobre 1938
Mise en service 01/12/39
Nombre construits 1121
Équipage
4 hommes (1 pilote,
Motorisation
Moteur Bristol Taurus VI (en)
Type Moteur en étoile à 14 cylindres
Puissance unitaire 1 130 ch
Dimensions
Envergure 17,32 m
Longueur 13,59 m
Hauteur 3,79 m
Masses
Maximale 9 630 kg
Performances
Vitesse maximale 426 km/h
Plafond 5 050 m
Rayon d'action 2 575 km
Armement
Interne Vers l'avant :
3 mitrailleuses Vickers K de 7,7mm (Cal. 0.303 British) (2 en tourelle dorsale et 1 montée dans l'aile)
Vers l'arrière :
1 mitrailleuse Browning 1919 orientable de 7,7mm (Cal. 0.303 British) dans le blister arrière.
Externe 1 torpille Mk XII (457 mm) de 728 kg
ou 907 kg de charges de profondeur.

Bristol Beaufort Bomber in Australia - 1941 WW2 Documentary - WDTVLIVE42

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×