HAWKER HART-HIN D

L’élégance du Hawker Fury de Sydney  Camm permit à la formule bîplan de finir en  beauté dans les escadrons de chasse de la  RAF. On pourrait en dire autant du Hawker  Hart, du même auteur, qui donna naissance à  une très large gamme de variantes, et se  classa parmi les bombardiers les plus significatifs des années 20. Avec son presque  contemporain, le Fairey Fox, le Hart représentait en effet un grand pas en avant pour la  conception tant des avions de bombardement  que des chasseurs futurs. 

Pour bien saisir toute l’importance du  Hart, il faut se reporter à la conjoncture de  1925. Le climat était à l`instabi1ité économique, l`attitude gouvernementale d’indifférence  vis-à-vis de l’industrie aéronautique nationale. Le monoplan était encore suspect  comme avion de combat, et les moteurs ayant  fait leurs preuves bénéficiaient d`une  confiance bien mal placée. Des budgets insuffisants et un certain manque d`imagination ne  favorisaient guère le renouveau de program-  mes prometteurs.

 Tel était le climat quand Sydney Camm se  lança dans la compétition. Une fiche-  programme 12/26 de la RAF, particulièrement exigeante et considérée comme irréalisable par la majorité des constructeurs lui  donna sa chance. Cette chance fut surtout  d'avoir pu disposer à temps du moteur Rolls-  Royce Falcon F1, à 12 cylindres en ligne,  refroidissement par eau, équipé d`un compresseur, positivement exceptionnel pour  1`époque. Une coopération intelligente entre  avionneur et motoriste permit de sortir dés  1926 un premier projet d`avion, suivi d`une  maquette des 1927.  L`apparei1 bénéficiait de nombreuses innovations: une structure métallique, et une  technologie nouvelle de construction. De ce  fait, sa mise au point dura jusqu`en juin 1928,  et sa premiére présentation publique n`eut  lieu qu`au Salon de 1`Aéronautique britannique « Olympia››, en juillet 1929.

Le point de vue technique

 Le Hart était un sesquiplan, aux ailes  nettement décalées et reliées par une seule  paire de mâts en N. Ces entretoises étaient  plus légères et plus robustes que celles qui  avaient été utilisées sur les programmes précédents chez Hawker. La structure de l`aile  s`appuyait sur deux longerons. Elle était  métallique, avec revêtement en toile. Le plan  supérieur était équipé d`ailerons de type Frise  et de becs automatiques Handley-Page. La  flèche assez prononcée des demi-ailes supérieures contrastait avec la rectangularité des  plans inférieurs dont la géométrie comportait  un diédre modéré.

  De structure métallique, le fuselage se  composait d`un cadre à section rectangulaire  de quatre tronçons. Leurs composants les  plus sollicités, les longerons, étaient en acier,  le reste des structures étant en duralumin. Les  empennages étaient à structure métallique  entoilée, comme la gouverne de direction à  compensation aérodynamique. L’incidence  du plan fixe horizontal pouvait se régler en  vol. L`atterrisseur avant, de type axial, bénéficiait d`amortisseurs oléopneumatiques.  Comme atterrisseur arrière, l`avion eut  d`abord une béquille, puis une roulette de  queue, tandis que les roues principales étaient  ultérieurement munies de freins hydrauliques.

  L’armement standard du Hart se composait d`une mitrailleuse Vickers de capot de  7,7 mm, plus une Lewis orientable à la disposition de l`observateur/mitrailleur installé  dans le baquet arrière. La charge militaire  offensive pouvait atteindre 236 kg. Le moteur  soigneusement capoté entraînait une hélice  bipale en bois à pas fixe. Les réservoirs de  carburant avaient une capacité totale de 377  litres, et celui de lubrifiant une capacité de 32  litres. Détail intéressant : le radiateur ventral  rétractable, qui permettait de diminuer la  résistance aérodynamique en vol à haute  vitesse.

L’utilisation

Les 12 premiers Hawker Hart furent affectés  en janvier 1930 au Bomber Squadron n° 33  basé á l`époque à  Eastchurch, en remplacement de ses biplans Horsley. L`unité s`adapta  si rapidement à son nouvel avion d`armes  qu`elle se classa seconde dans la compétition  annuelle entre unités de bombardement britanniques.

 Entre-temps, le Hart avait été retenu  comme remplaçant possible des vieux Bristol  Fighter dans les unités d`Orient. Il en fut  effectivement détaché un exemplaire à Risal-  pur aux fins d`exp1orer ses possibilités  d`emploi dans cet environnement. Cette expérimentation déboucha sur un modèle spécial  « lndia »tropicalisé, à pneus à basse pression,  radiateurs aménagés et équipement déserti-  que. Les Squadrons 11, 39 et 60, basés aux  lndes, en furent dotés de la fin de 1931 à  l`arrivée des premiers Blenheim en 1939.

 Les lots suivants eurent la RAF pour destinataire principal. au Royaume-Uni comme  dans le Commonwealth. Le Squadron n” 12  fut en 1931 1`une des premières unités à les  recevoir. Transféré à Aden en 1935, il figura  parmi les renforts mis en place pendant le  conflit italo-éthiopien. Le Squadron n“ 15 en  fut doté de juin 1934 à juin 1936. Le n“ 18  reçut les premiers en octobre 1932 et les uti1isa jusqu`au début de 1936, etc...    

   Le Hart ne fut jamais utilisé en opérations  au sein de la RAF, et dès 1936 certaines unités commencèrent de lui substituer le Hind,  plus moderne et plus puissant, équipé du nouveau moteur Kestrel V et d`un armement  totalement repensé. L`entrée en ligne du Hind  rendait disponibles un certain nombre  d`appareils bien loin d'être périmés. Aussi le  ministère de l`Air britannique fut-il conduit à  affecter bon nombre de Hart en Afrique du  Sud et en Rhodèsie, les premières livraisons  intervenant fin 1936.

 Pour la plupart, ces appareils étaient reèquipès de moteurs Kestrel X à radiateurs tropicalisés. Avec les unités Sud-africaines qui  combattirent sur le théâtre africain, les Hart  montèrent jusqu`en Libye, où ils effectuèrent  principalement des missions de liaison  aérienne. L`un d`entre eux opérait toujours  sur le front italien en 1943.

 Quelques Hart ont aussi participé aux  débuts du conflit russo-ñnlandais, au sein du  Flygflottili n" 19, aux côtés de 12 Gladiator.  Aux ordres du major Hugo Beckhammar, les  4 Hart équipés de skis se distinguèrent en  missions de reconnaissance et d`appui tactique. Le Hind lui aussi n`eut qu`une brève carrière opérationnelle. Dès sa substitution par  les Fairey Battle et les bimoteurs Bristol  Blenheim. il se vit reléguer au rôle d`avion  d`entraînement à la navigation. Vingt cinq  escadrons de la RAF furent pourtant équipés  de ces bombardiers et, après eux, onze escadrons de |`Au×iliary Air Force. I       

 

1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 14/01/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×