Handley Page HP.80 Victor et British Aerospace K Mk 2

Handley Page HP.80 Victor et British Aerospace K Mk 2

Handley

Historique 

L’un des deux appareils conçus dans  le cadre de la spécification officielle  B.35/46 fut le Handley Page HP.80  Victor, dernier des bombardiers V à  entrer en service au sein de la RAF,  l'Avro Vulcan, qui répondait au  même programme, devenant, quant à  lui, opérationnel au milieu de l'année  1956. Technologiquement très avancé  pour son époque, le Victor (qui vola  pour la première fois le 24 décembre 1952) avait été étudié pour voler  vite et haut, à l'abri de presque tous  les moyens de défense connus. Néanmoins, quand il entra finalement en  service en 1956, cet avion était devenu vulnérable aux chasseurs et aux  missiles, capables alors de l'intercepter à son plafond opérationnel.  Afin d'obtenir la vitesse de croisière maximale, la voilure du Victor présentait une forme en plan particulière, la propulsion du B Mk 1 étant  assurée par quatre réacteurs Armstrong Siddeley Sapphire Series 200  noyés dans l’emplanture des ailes en  forte flèche. Première version de série  prise en compte par la Royal Air  Force, le Victor B Mk 1 révéla  de telles insuffisances que Handley Page  se trouva dans l'obligation de réaliser  un modèle amélioré. La RAF reçut  ainsi cinquante exemplaires du Victor  B Mk 1H, lequel possédait un équipement plus complet, notamment un  système de contre-mesures électroniques (CME) sophistiqué installé dans  la pointe arrière. 
En 1964, Handley Page bénéficia  d`un contrat concernant la modification des Victor B Mk 1 et B Mk 11-I  encore en service en avions de ravitaillement en vol. Ces machines furent dotées, sous chaque aile, d'une  nacelle Flight Refuelling Mk 20b destinée à assurer l’approvisionnement  des appareils tactiques rapides et des  chasseurs de la RAF, un dispositif  Flight Refuelling Mk 17 étant monté  dans la partie arrière de la soute à  bombes afin de pourvoir aux besoins  des bombardiers et des avions de  transport. C'est pour augmenter la  capacité en carburant que deux réservoirs supplémentaires furent placés  dans la partie demeurée libre de la  soute à bombes, cette dernière pouvant être modifiée rapidement pour  redonner à l’appareil, en cas de besoin, une configuration de bombardier. Les six premiers Victor K Mk 1  et Victor K Mk 1H pourvus de nacelles d'intrados furent versés au Squadron 55 à Marham en août 1965. En  dix-huit mois d'essais, ils transférèrent 304 915 kg de carburant lors de  10 646 prises de contact, réelles ou  fictives, et participèrent à une quarantaine d'exercices outre-mer. Ces appareils pouvaient ravitailler deux  BAC Lightning en même temps, au  rythme de 680 l/mm. Les Squadrons  57 et 214 reçurent quant à eux des  Victor K Mk 1A, tandis que le Squadron 55 réceptionnait ses premiers  modèles améliorés au printemps 1967
Ayant commencé à prendre forme,  le Victor B Mk 2 vola le 20 février 1959. Cette version, plus lourde  et plus puissante, était propulsée par  des réacteurs Rolls-Royce Conway  Mk 201 de 9344 kgp, les modifications apportées par rapport au Mk 1  concernant l’allongement de l'envergure, l’agrandissement des entrées  d'air et l'installation d'un raccord  Karman en avant de la dérive verticale. En outre, une ouïe escamotable  avait été placée de chaque côté du fuselage en vue de pourvoir à l'alimentation en air des deux turboalternateurs du tout nouveau système  électrique. Une turbine Turboméca  Artouste, logée dans l’emplanture de  l'aile droite, entraînait le générateur  auxiliaire, utilisé notamment lorsque  l'avion était au sol. L`armement se  composait d'un missile Hawker Siddeley Blue Steel qui, devenant opérationnel en février 1964, pouvait être  largué à distance de sécurité (cet  engin entra tout d'abord en service  dans le Squadron 139, première formation à être dotée de Victor modernisés, en 1962). Bien que considérablement amélioré, le Victor B Mk 2  n'en était pas moins encore vulnérable en altitude, si bien que cet appareil fut réservé à la pénétration à  basse altitude. 
Version de reconnaissance stratégique du Victor B Mk 2, le Victor SR  Mk 2 avait été conçu en vue d'effectuer des missions de reconnaissance  maritime à haute altitude. Un seul  avion pouvait, avec son radar, couvrir  toute la mer Méditerranée en une sortie de sept heures, quatre autres suffisant, en six heures, pour couvrir  l'Atlantique Nord. Un certain nombre  de Victor B Mk 2 furent convertis en  appareils de reconnaissance stratégique, vingt-quatre ravitailleurs Victor  K Mk 2, dérivés du B Mk 2, jouant un  rôle important dans la RAF. Le Victor K Mk 2 se présente comme un appareil entièrement remodelé de ravitaillement en vol.       

Handley Page Victor
Constructeur Handley Page
Rôle Bombardier stratégique
Premier vol 24 décembre 1952
Mise en service 1957
Date de retrait 1993
Nombre construits 2 prototypes
84 avions de série
Équipage
5 (pilote, copilote, deux navigateurs et un opérateurs des systèmes électroniques)
Motorisation
Moteur Armstrong-Siddeley Sapphire (en) 7 202/207
Nombre 4
Type turboréacteur
Poussée unitaire 49 kN
Dimensions
Envergure 36,58 m
Longueur 35,05 m
Hauteur 8,57 m
Surface alaire 223,5 m2
Masses
Avec armement 75 000 kg
Maximale 83 900 kg
Performances
Vitesse maximale 1 050 km/h
Plafond 14 900 m
Rayon d'action 2 400 km
Armement
Interne 1 bombe thermonucléaire Yellow Sun (en)
ou 35 bombes de 454 kg1
ou 1 missile de croisière nucléaire Blue Steel Mk 12

HANDLEY PAGE VICTOR TRIBUTE

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 14/02/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site