General Dynamics F-16 Fighting Falcon

General Dynamics F-16 Fighting

F 16am belge d cor

Historique 

C'est en 1971, en vue de répondre à  une spécification de l'US Air Force  concernant un chasseur léger très manœuvrable (Light Weight Fighter ou  LWF), que cinq firmes américaines se  lancèrent dans des études qui, le  28 février 1972, aboutirent à la remise, aux services officiels, de plusieurs projets. Deux mois plus tard, les sociétés General Dynamics et  Northrop bénéficiaient chacune  d'un contrat pour la réalisation de  deux prototypes, auxquels furent attribuées les dénominations respectives de YF-16 et de YF-17. Le 13 janvier 1975, les services techniques de  l'US Air Force annonçaient que leur  choix s'était fixé sur le YF-16, le développement de deux versions de cet  avion - le F-16A et le F-16B, ce dernier étant destiné à l’entraînement -  étant autorisé. Cinq mois plus tard, le  7 juin, quatre pays intégrés dans  l'OTAN - la Belgique, le Danemark,  les Pays-Bas et la Norvège - firent  part de leur intention d'acquérir l'appareil de General Dynamics en vue  d'en équiper leurs forces aériennes  respectives. Quelque temps après  étaient mis en place les différents éléments d'un programme de production  de masse qui concernait, outre  soixante-sept firmes importantes,  plus de quatre mille sous-traitants  chargés de fournir à l'usine General  Dynamics de Forth Worth, dans le  Texas, les sous-ensembles, les équipements et l'avionique destinés au montage de l’avion. En Europe, également, trente-trois grandes sociétés et  quatre cents sous-traitants devaient  procéder à la réalisation des pièces  nécessaires aux chaînes d'assemblage  mises en place en Belgique et aux  Pays-Bas. 
Tels qu`ils se présentaient en 1982,  les cahiers de commandes relatifs au  F-16 montraient que l'US Air Force  entendait s'équiper de 1985 exemplaires de cette machine à laquelle  les Américains avaient donné, en  1980, le nom de Fighting Falcon. Les  commandes passées par les autres  forces aériennes qui avaient décidé de  se doter de l'appareil atteignaient  cent soixante exemplaires pour la Belgique, cinquante-huit pour le Danemark, quatre-vingts pour l'Egypte,  cent cinquante pour Israël, trente-six  pour la Corée du Sud, deux cent  treize pour les Pays-Bas, soixante-  douze pour la Norvège, quarante pour  le Pakistan et vingt-quatre pour le  Venezuela. Quant au gouvernement  iranien, il avait prévu d'acquérir cent  soixante F-16, une commande qui fut  annulée peu de temps après la prise  de pouvoir par Khomeyni. 
f-16.jpgLe premier F-16A de série, qui prit  l'air le 7 août 1978, fut livré à l'US  Air Force une dizaine de jours plus  tard, l'avion commençant à entrer en  service au sein de la Force aérienne  belge le 26 janvier 1979, aux Pays-Bas  le 6 juin de la même année, en Norvège le 25 janvier 1980, et au Danemark trois jours plus tard. Le premier  F-16 destiné à l`Etat hébreu - un biplace d'entraînement F-16B - fut  pris en compte officiellement a Fort  Worth, le 31 janvier 1980, l’Egypte  commençant à recevoir les siens au  début de l'année 1982. Ainsi, à la date  du 1er février 1982, environ six cents  appareils de ce type volaient dans  sept forces aériennes de par le monde. 
Intégrant les derniers perfectionnements en matière d’avionique et de  construction, le F-16 comporte un  système d'attache aile-fuselage qui  non seulement permet de faire des  économies de poids, mais qui augmente aussi la portance de l'avion  aux grands angles d'attaque et diminue la traînée aux vitesses transsoniques. En outre, des becs de bord d'attaque et des volets de bord de fuite,  commandés automatiquement par la  vitesse et l'altitude de l'avion, offrent  la possibilité d`accroître la portance  de la voilure dans toutes les conditions de vol. Innovation technologique importante, les apex - prolongements du bord d’attaque de la voilure  qui courent jusqu`à la pointe du fuselage - engendrent eux aussi une portance et confèrent à l'appareil un bon  comportement aux angles d`attaque  accentués, tout en réduisant le « buffeting››. Le F-16 est doté d`un dispositif électronique de stabilisation  automatique, qui combine les impulsions données par le pilote à  celles provenant d'un système de  contrôle de vol, lui aussi automatisé. 
Le développement de l'appareil  se poursuit, sous la responsabilité  conjointe de General Dynamics et de  l'US Air Force, dans le cadre du  Multi-national Staged Improvement  Program, et ce en vue de permettre  l’intégration progressive des perfectionnements successifs apportés à  l'avion. C`est ainsi que les machines  livrées depuis novembre 1981 ont été  conçues de façon à pouvoir être modifiées sans problèmes majeurs dès que  les équipements et l'avionique nécessaires aux attaques de nuit et de précision, et à l`interception au-delà de  l`horizon, seront disponibles.       

Versions

F-16/79 : dénomination attribuée a 1 F-16 équipé du réacteur à postcombustion General Electric 79-GE-119 de 8165 kgp, au coût moins élevé ; ayant effectué son premier vol  le 29 octobre 1980, cet appareil a été conçu en vue d`être exporté sous la forme de 2 versions, F- 16/7A monoplace et F-16/79B biplace

F-16/ 101 : dénomination attribuée au premier F-16 de développement loué à l'US Air Force en vue d'évaluer le réacteur General Electric F110 fournissant une poussée approximative de 12 700 kg (ce propulseur a été réalisé à partir du General Electric F101 qui équipe lebombardier stratégique Rockwell International B-1) ; le F-16/101 effectua son vol initial le 19 décembre 1980, le programme étant mené à bien en mai 1981

F-16C : dénomination attribuée à une version monoplace mettant en œuvre les nouveaux systèmes en cours de développement et dotée de missiles air-air AMRAAM ; l'appareil doit être pourvu du dispositif de navigation et d'attaque LANTIRN (Low›Altitude Navigation Targeting Infra-Red for Night) et le système de brouillage ASPJ (Airborne Self-Protection Jammingl

F-16D : désignation attribuée à une version biplace extrapolée du monoplace du F-16C

F-16XL : dénomination attribuée à une version développée par General Dynamics, avec une voilure à flèche accentuée (conçue conjointement par le constructeur et la NASA) dont la surface est supérieure de 120 92 à celle qui équipe le modèle standard ; grâce à l”allongement du fuselage de cet appareil, la firme américaine est parvenue à accroître la capacité en carburant de 82 %, des points d`accrochage sous voilure permettant l`augmentation de près du double de la charge offensive ; le prototype monoplace a pris l'air le 3 juillet 1982, la version biplace, dotée du réacteur F110, quittant le sol, quant à elle, le 29 octobre suivant

AFTI/F-16 : appareil modifié par General Dynamics pour le compte de l'US Air Force dans le cadre du programme AFTI (Advanced Fighter Technology Integration) ; l'avion, qui a été muni de surfaces canard obliques sous l'entrée d”air, expérimente des dispositifs de contrôle de vol nouveaux permettant d'améliorer l'efficacité du tir ; volant pour la première fois le 10 juillet 1982, cet appareil donnera sans doute au combat aérien de nouvelles dimensions ; en outre, le AFTI/F-16 est chargé d'évaluer des systèmes tout à fait nouveaux, comprenant notamment la transmission d'ordres essentiels par la voix du pilote

 

 

 

 

General Dynamics F-16 Fighting Falcon
Constructeur General Dynamics/Lockheed Martin
Rôle Avion multirôle
Statut en production
Premier vol 2 février 1974
Mise en service 17 août 1978
Date de retrait Toujours en service
Nombre construits 4 5001
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Pratt & Whitney F100-PW-229
Nombre 1
Type Turboréacteur avec postcombustion
Poussée unitaire 79 kN sans PC - 106 kN avec PC
Dimensions
 
Envergure 9,8 m
Longueur 14,8 m
Hauteur 4,8 m
Surface alaire 27,87 m2
Masses
À vide 8 272 kg
Avec armement 12 000 kg
Maximale 16 900 kg
Performances
Vitesse maximale 2 173 km/h (Mach 2,1)
Plafond 15 200 m
Vitesse ascensionnelle 15 240 m/min
Rayon d'action 550 km
Charge alaire 431 kg/m2
Rapport poussée/poids 0,9
Armement
Interne 1 canon M61A1 Vulcan de 20 mm
Externe Missiles air-air AIM-7 Sparrow, Sidewinder, ASRAAM, Magic 2, AMRAAM, Sparrow, missile Air-Sol Maverick, missile anti-radar HARM ou des bombes (dont certaines guidées par laser) ou une voire deux JDAM (Mk 82. Mk 83, Blu 109 ou Mk 84) ou des roquettes.
Avionique
commande de vol électrique, affichage tête haute, HOTAS, radar AN/APG-66 puis APG-68, radar thermique à balayage frontal (FLIR), détecteur de radar ALR-56M, GPS, Liaison 16

 

F16 Attack

La vidéo suivante est vraiment agréable à regarder

RNoAF F-16 BM low level flying in Norway

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Date de dernière mise à jour : 30/05/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×