Après le crash du F-16 à Kleine Brogel, le bourgmestre de Peer Theo Kelchtermans a déclenché jeudi après-midi le plan catastrophe communal pour ensuite le lever aux alentours de 17 heures. L’avion s’est écrasé juste en dehors du domaine militaire, a déclaré la police.

Personne n’a été blessé dans l’accident. Le pilote a pu se sauver en actionnant son siège éjectable et s’est retrouvé dans un arbre. Les services d'incendie ont dû le repêcher de l'arbre au moyen d'une échelle Il est sain et sauf. L’avion a, lui, pris feu. Le pilote de 24 ans était encore en formation; il compte à son actif 500 heures de vol dont 132 heures avec un F-16.

Ce n’est pas la première fois que le crash d’un avion issu de la base militaire de Kleine Brogel se déroule en Belgique. Depuis 1979, il s’agit du 17e accident.

Une enquête est en cours. Les premiers éléments rapportent qu’une collision avec un volatile serait la raison de l’accident.

Pas de substance toxique dans l'air

Les riverains avaient reçu l'instruction de garder leurs fenêtres et leurs portes fermées en raison de la présence d'un réservoir contenant de l'hydrazine, un produit hautement inflammable. "L'hydrazine est une sorte de carburant que l'on retrouve dans les F-16. En cas de détresse, cela permet à l'appareil d'encore voler. Le réservoir est intact et nous l'avons récupéré", a déclaré le général-major Claude Van De Voorde. 

"Aucune substance toxique ne s'est libérée dans l'air. En combinaison avec l'oxygène, l'hydrazine s'enflamme immédiatement et cela peut causer alors un nuage toxique. Après le crash, personne n'a finalement été évacué", a-t-il ajouté.

May et APS avec Belga